ANDRÉ BELGRAND

Bio

Régisseur lumière

 

Après un CAP de tapissier d’ameublement, des dizaines de petits boulots et une petite carrière de chanteur auteur au sein du groupe Commun désir, il rencontre Guy Lefebvre, Directeur du tout nouvel Espace Culturel de Chassieu Le Luminier et intègre l’équipe en 1990 pour une aventure qui durera 18 ans.

C’est en travaillant comme assistant de Marc Chikitou sur la création de Patrick Kabakjian, La cité sans sommeil de Jean Tardieu qu’il va découvrir la lumière et l’envie de créer à son tour. L’occasion lui en sera donnée en 1993 par Patrick Kabakjian sur une nouvelle mise en scène d’une autre pièce de Jean Tardieu, Fils de rien dont la première aura lieu, en présence de l’auteur, au centre Georges Pompidou à  Paris. Les années suivantes vont être ponctuées de nombreuses créations lumières, une trentaine environ, pour la danse, la musique, le théâtre et surtout, de belles rencontres : le mime Marceau, Fred Mella, Pierre Etaix, Claude Nougaro, Mouloudji, Annie Girardot, Georges Moustaki et tant d’autres.

Et aussi, en 1995, Nathalie Delecroix, jeune chorégraphe lyonnaise qui vient de créer la compagnie Antares. Leur collaboration dure depuis bientôt 20 ans et 8 spectacles, dont Ma grand mère Carmela qui a été joué dans la France entière pendant plus de 8 ans.

En 1996 il rencontre Romano Zanotti et fait la création lumière de la tournée mondiale du groupe Los Machucambos et en 2003 celle du spectacle Napoli. C’est  aussi en 2003 qu’il croise la route de Jean-Claude Guerre et du groupe Itinerance. Début d’une belle collaboration qui va se prolonger avec plein de beaux projets : le festival En Grangeons La Musique, les spectacles D’un Monde à l’Autre, Magic Iti avec Abdul Alafrez, Musiques pour Buster, Et Hop ! Bach Hip Hop... Que l’aventure continue encore longtemps et que les plus beaux projets restent à venir !


"La première fois que j'ai entendu leur musique et que j'ai su que j'allais travailler avec eux, j'ai tout de suite compris que l'aventure serait belle. Ces quatre mecs, c'est de la balle. Talentueux, sincères, humbles, honnêtes. Itinérance, j'ai parcouru tes ruelles bille en tête, mon coeur garni et ivre de bonheur. Itinérance...il n'y a guère mieux."
(En hommage poétique à Bruno Teruel, Fabrice Bihan, Joris Garnier et Jean-Claude Guerre)